Le mystére du verre du désert de Libye

Le mystére du verre du désert de Libye

Le verre naturel du désert de Libye

Le site du verre libyque se trouve dans la Grande Mer de Sable du désert de Libye, un espace plein de mystères qui préoccupe encore maintenant par ses énigmes (disparition de l’armée de Cambyse, histoire de l’oasis mythique de Zerzura...) les esprits aventureux.

On y trouve un verre d’origine mystérieuse. La forme et la dimension de ces pierres sont assez variables, un morceau de 26 kg, le plus gros, se trouve au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Le verre est généralement de couleur jaune à vert clair, voire blanc pour certains. Les belles pièces transparentes et façonnées par le vent sont rares. On note la présence d’inclusions et de bulles laissant penser à une forme de stratification. Les petits morceaux, trouvés en surface, montrent, par leurs formes arrondies, un possible effet du transport par l’eau et/ou une longue érosion éolienne, alors que les morceaux enterrés sont en général beaucoup plus anguleux.

Le verre libyque était connu du temps des pharaons, il a été utilisé pour confectionner le scarabée qui orne le pectoral de Toutankhamon (1347-1337 avant notre ère). Le scarabée était d’importance essentielle dans le culte funéraire de l’Égypte antique. La fonction du « scarabée pectoral » était de s’assurer que le cœur ne témoignerait pas contre le défunt lors du jugement de l’âme du mort par le dieu Osiris.

Un verre d’origine inconnue

Difficile d’expliquer la présence de verre libyque et les propositions vont de la plus farfelue à la plus probable.

Un verre d’origine purement terrestre

Certains voyaient une origine liée à des circulations hydrothermales péri-magmatiques au gré d’un système de fractures profondes surplombant la mise en place d’un pluton. D’autres pensent que les verres libyques sont les  composants d’un  silex un peu particulier né au fond d’un lac.
Dans ces deux cas, on discutait d’un processus de gélification sol-gel. D’autres, enfin, proposent une origine thermique à ces verres qui seraient nés d’un incendie massif d’une paléo-forêt, bien que la température d’un feu de bois soit largement insuffisante pour faire fondre de la silice pure (anhydre ou même hydratée) dans des conditions de pression atmosphérique.

Un verre provoqué par un impact de météorite ou de comète

Il s’agirait alors de tectites car le verre libyque contient des quantités d’eau relativement élevées comme cela est d’ailleurs aussi le cas pour les moldavites cette pierre originaire d’une énorme météorite.
Cette eau n’est pas dans le réseau cristallin mais doit être contenue dans les bulles.

La quasi-totalité des travaux réalisés sur ce verre conduisent à penser que le verre libyque est le résultat de la fusion d’une couche terrestre provoquée par l’impact d’un objet extra-terrestre. La structure et l’analyse des morceaux de verre permettent de conclure que nous sommes en présence d’une impactite et non d’une tectite.

Si cette hypothèse est tout à fait plausible, ce n’est sans doute pas la seule et il reste encore bien des mystères à élucider pour connaître l’origine de ce mystérieux verre.

La Paésine, la pierre à images
Découverte de nouveaux dessins visibles du ciel, les géoglyphes de Nazca

voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livre : Prières et rituels pour attirer l'amour
Livre : Prières et rituels pour attirer l'amour