L’activité humaine créée de nouveaux minéraux aux propriétés différentes

L'activité humaine créée de nouveaux minéraux aux propriétés différentes

Les nouvelles pierres créées par l’activité humaine possèdent probablement de nouvelles vertus et propriétés bénéfiques pour les soins par les pierres (lithothérapie), le reiki, fengshui etc.

Dans un article publié dans American Mineralogist, une équipe menée par Robert Hazen de la Carnegie Institution for Science identifie pour la première fois un groupe de 208 minéraux  apparus exclusivement à cause de l’activité humaine. Ces 208 minéraux représentent 4 % des 5 200 minéraux qui sont reconnus officiellement par l’International Mineralogical Association (IMA).

On peut trouver des diamants, des rubis, des émeraudes, des saphirs et des pierres semi-précieuses ainsi que de l’or, de l’argent et du platine dans les boutiques et les maisons de chaque recoin du globe. Les collections de pierres précieuses proposent une concentration minérale qui ne se produit pas dans la nature.

Il doit exister des centaines de mineraux non connus dans les anciennes mines, les fonderies et les bâtiments abandonnés. Dans le même temps apparaissent de nouvelles pierres provenant des batteries et des appareils électroniques qui sont exposés à l’usure.

Dans les couches de sédiment après notre ère, les futurs minéralogistes trouveront de nombreux matériaux de construction tels que des briques, des blocs de béton, du ciment, et des alliages tels que l’acier, le titane ou l’aluminium sans oublier les nombreux sous-produits radioactifs mortels de notre ère nucléaire. Ces minéralogistes du futur trouveront également de superbes pierres précieuses synthétiques telles que le zircon cubique, la moissanite ou les rubis synthétiques.

La plupart des minéraux, issus de l’activité humaine, proviennent de l’industrie minière avec les entassements de minéraux ou l’érosion du mâchefer qui se sont formés dans les murs des tunnels, l’eau ou les incendies dans les mines.

Certains minéraux peuvent aussi se produire naturellement, 3 minéraux dans cette catégorie ont été découverts dans les artefacts corrodés de plomb dans une épave de navire tunisienne, 2 dans des artefacts de bronze en Égypte et 2 dans des artefacts d’étain au Canada. 4 ont été découverts dans des sites d’incinération sacrificielle datant de la préhistoire dans les montagnes d’Autriche.

La première grande évolution minérale dans l’histoire de la diversité des minéraux de la Terre s’est produit il y a 2 milliards d’années lorsque l’augmentation de l’oxygène dans l’atmosphère (nommée la Grande Oxydation) a favorisé l’apparition des deux tiers des 5200 minéraux qu’on connait aujourd’hui.

L’évolution minérale a continué à travers l’histoire de la Terre. Il a fallu 4,5 milliards d’années pour que les combinaisons des éléments, présents naturellement sur Terre, se forment dans des endroits, des profondeurs et des températures spécifiques.

Les humains ont produit ces 208 nouveaux minéraux en l’espace de 250 ans.

En plus de créer de nouveaux composants, les activités humaines telles que le minage et le transport des blocs de pierre, de roches, de sédiments et de minéraux provenant de leur zone d’origine pour construire des ponts, des routes, des voies fluviales, des monuments, des comptoirs de cuisine et d’autres infrastructures humaines, rivalisent avec la redistribution de la nature telle que le déplacement des glaciers.

Les opérations de minage ont décapé l’environnement de surface des minerais et des énergies fossiles. Le résultat est de grandes fosses à ciel ouvert, des tunnels complexes et dans le cas des mines à ciel ouvert, on a également des montagnes qui ont considérablement diminué. Les routes, les tunnels et les digues représentent des modifications humaines distinctives à l’échelle planétaire.

Sur les 208 minéraux issus de l’activité humaine identifiés par les chercheurs du Deep Carbon Observatory, 29 contiennent du carbone et 14 d’entre eux n’ont pas leurs équivalents dans la nature, on considère que ces 14 minéraux de carbone sont les plus récents de notre histoire.

 

on trouve l’andersonite dans les tunnels de certaines mines d’uranium abandonnées dans le sud-ouest des États-Unis.
L’andersonite 

On trouve l’andersonite dans les tunnels de certaines mines d’uranium abandonnées dans le sud-ouest des États-Unis. A coté des murs des tunnels, le grès devient saturé d’eau qui contient des éléments qui forment une croûte de superbes cristaux qui peuvent être jaunes, rouges et verts. Quand on expose l’andersonite à la lumière noire, alors elle devient fluorescente avec une teinte verte. Ainsi, un bel échantillon d’andersonite peut se vendre jusqu’à 500 dollars pour un collectionneur.

Un autre mineral contenant du carbone est le tinnunculite qui est le produit des gaz chauds qui interagissent avec les excréments du faucon crécerelle dans une mine de charbon à Kopeisk en Russie. On l’a découvert au mont Rasvumchorr qui est également en Russie.

L’époque Anthropocène n’est pas encore confirmé par l’International Union of Geological Sciences, mais il y a beaucoup de chercheurs qui appellent à une reconnaissance officielle. Si elle est reconnue, alors l’Époque Anthropocène sera la successeure de l’époque Holocène qui a commencé il y a 11 500 ans lorsque les glaciers de la dernière ère glaciaire ont commencé à se retirer.

Les Époques sont normalement séparées par des changements significatifs dans les couches de roches correspondantes. Le Working Group on the Anthropocene (WGA), composé de 35 membres, a recommandé une appellation officielle pour une Époque Anthropocène le 29 aout 2016. Mais il faudra attendre plusieurs années avant qu’une décision ne soit prise.

L’origine mystérieuse des diamants d’une météorite
Les scientifiques confirment que le cristal de zircon est plus âgé que l'écorce terrestre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *