pouvoirs des pierres tombées du ciel

A toutes les époques, les pluies d’étoiles filantes, les bolides ou météorites, et les boules de feu rayant l’atmosphère ont été considérées, comme des manifestations divines et les bolides (météores) plus particulièrement ont la réputation de porter bonheur à ceux qui en possèdent, aussi n’est-il pas rare de voir des personnes en couper des petits morceaux pour les porter en breloques.

météorite
météorite

On cite même en Russie des villes où les habitants, quand ils peuvent obtenir une météorite, la pilent et l’absorbent dans leur boisson persuadés qu’ils se maintiendront de la sorte en bonne santé.

Dans l’Antiquité, les pierres tombées du ciel étaient considérées, comme des divinités véritables, on adorait ces blocs plus ou moins volumineux sous le nom de Cybèle en Phrygie, d’Elagabale en Phénicie, de Jupiter Ammon en Lybie.

Les monnaies de Septime Sévère et de Marc Aurèle reproduisaient à leur verso des reproductions de météorites.

Dans l’Antiquité, les témoins de ces curieux phénomènes leur donnaient une origine divine et parfois ils admettaient, quand quelqu’un était tué par la chute de bolides qu’ils accomplissaient une vengeance divine, plus particulièrement celle de Jupiter, aussi, adoraient ils sous la forme divine, leur divinité.

Ils les considéraient aussi comme des talismans et ils s’en servaient dans la fabrication d’armes qu’il offraient en don à leurs chefs.

Les savants incrédules non seulement ne croyaient pas aux superstitions qui s’attachaient aux bolides, mais ils ne croyaient même pas à leur existence.

Deux savants, le Dr Howard et le célèbre Chladin, établirent des statistiques et dressèrent des tables dans les quelles figurèrent des aérolithes tombés avant l’ère chrétienne.

Dans le courant, du mois d’aout 1902 en plein Paris, il est tombé dans la nuit un bolide qui a failli tuer un officier de paix qui faisait sa ronde. Ce bolide après avoir tracé dans le ciel une traînée lumineuse vint s’enfoncer profondément dans la chaussée de bois.

Quelques nuits auparavant les astronomes avaient pu observer un véritable essaim d’étoiles filantes surtout pendant la nuit du 10 Août, jour de la Saint Laurent, ce qui justifie une légende très populaire, qui prétend que ces étoiles filantes sont des larmes que saint Laurent versa sur le gril de son martyr ordonné par Valérien.

Les populations irlandaises nomment également ces curieux météores “Larmes de saint Laurent”. en Août, on les dénomme Perséides, parce qu’elles semblent sortir de la constellation de Persée, en novembre Léonides, parce que leur essaim paraît émaner de la constellation du Lion.

Ces météores n’ont leur flux maximum que tous les 33 ans.

voir aussi